Dépasser l’urbain et son écologie politique : des fournaises urbaines aux biorégions post-urbaines

Soirée débat du réseau des Territorialistes

23 septembre 2021, 18h – 21h, Maison de l’écologie (Lyon).

Inscription en ligne : https://framaforms.org/inscription-a-la-soiree-debat-du-reseau-des-territorialistes-1630302228

Urbanisation généralisée et métropolisation, alternatives écologiques et France périphérique, néo-ruralités et biorégion… le réseau des Territorialistes s’intéresse aux dynamiques géographiques et aux imaginaires politiques qui les fondent. Il souhaite par cette entrée double donner à voir d’autres manières d’habiter la terre, les critiques que figurent ces formes-de-vie (ex : décroissance) et les savoirs sur lesquels ces formes s’appuient (de la rénovation écologique aux savoirs paysans, de la communication non-violente aux expériences autogestionnaires…).

Pour ce faire, ce réseau est composé de chercheur·euse·s, praticien·ne·s, étudiant·e·s et militant·e·s menant enquêtes de terrain et débats, autour des découpages et visées de la géographie institutionnelle, des héritages fonctionnalistes et des problèmes écologiques qu’ils posent aujourd’hui, mais aussi d’expériences biorégionales et leurs écologies politiques, des initiatives habitantes dans des lieux de vie périphériques, …

Cette soirée vise à présenter des terrains de recherche-action du réseau et surtout à échanger autour de ses activités sur les différents sujets développés depuis maintenant cinq ans.

Présentation du réseau des Territorialistes

Son histoire et ses activités, ses principes politiques et questionnements, par Guillaume Faburel et Mathilde Girault 

Présentation de recherches du réseau

Les fournaises urbaines : des pratiques vécues aux injustices sociales, de la désaffection métropolitaine à l’engagement micropolitique (avec l’ONG Notre Affaire à Tous) par Mathilde Girault et Fabian Lévêque 

Ecologies périurbaines : expériences ordinaires et refus de l’excroissance urbaine (avec l’association ASUR de Saint-Romain-au-Mont-d’Or) par Loriane Ferreira

Métropolisation des villes moyennes et petites villes : des modèles génériques urbains à des trajectoires alternatives par l’habiter écologique ? (avec le Collectif  Rochefort Vivant de la commune de Rochefort) par Fanny Ehl et Fabian Lévêque

L’habiter écologique des grandes périphéries : résister, prendre soin et instituer collectivement (avec le Collectif Vallée Longue dans les Cévennes) par Lucie Lerbet

Présentation d’une publication du réseau 

Biorégion : pour une écologie politique vivante (Carnet de la décroissance, septembre 2021, Ed. ADEROC) par Guillaume Faburel, Maële Giard et Raphaël Lhomme

Depuis les mouvements de l’alternative aux courants de l’environnementalisme gestionnaire, depuis les mondes de la recherche aux métiers de l’action territoriale, la biorégion est dorénavant sur toutes les lèvres, parée de toutes les vertus, sociales et politiques, surtout écologiques et économiques. Il s’agira de mettre en débat la nécessité de reconsidérer fondamentalement nos rapports aux villes et, particulièrement, à leur densité et artificialité, pour pouvoir poser les jalons d’une biorégion comme écologie politique.  

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :